vendredi, mars 15, 2024
spot_img
AccueilUncategorizedSénégal : Les femmes exigent leur intégration dans les instances de décisions.

Sénégal : Les femmes exigent leur intégration dans les instances de décisions.

De plus en plus les femmes au Sénégal, demandent leur implication dans les instances de prises de décisions qui concernent la gestion de ces questions des ressources extractives hautement stratégiques pour le développement économique du pays.

 » le message fort que je veux lancer à l’occasion de cet atelier national, c’est que les femmes ont besoin d’être présentes au sein des instances de gouvernance du gaz et du pétrole notamment le comité national de suivi du contenu local, c’est le GES petro gaz entre autres.  Nous avons besoin de plus de femmes au sein de ces institutions pour prendre en charge les questions sexo-spécifiques de ces femmes. Voilà la demande que nous faisons aujourd’hui au Président de la République  » a déclaré Mme Ngaré Diouf Présidente de l’association Femme Enfance environnement (FEE)

Porté par le réseau siggil jiguéen dans le cadre du projet VLF Sénégal, cet atelier entre dans le cadre du plaidoyer pour le renforcement des capacités des organisations et réseaux d’organisation partenaire dont FEE, pour leur permettre d’acquérir des connaissances sur la question, afin de mieux préparer un argumentaire visant à une présence plus accrue des OSC de défense des droits des femmes et des filles dans les instances de gouvernance du secteur extractif.

En effet selon le rapport ITIE 2020, les femmes ne représentent que 7,69% dans le secteur extractif. D’où toute la pertinence de ce plaidoyer si l’on en croit Mme Gnania Diéne Diassé chargée de projet et responsable du plaidoyer à Women In Mine (WIM) Sénégal. » Nous ne représentons que 7,69% dans le secteur extractif selon le rapport ITIE 2020. Un chiffre qui ne prend pas en compte les entreprises minières, pétrolières et gazières qui entre dans le périmètre de conciliation de l’ITIE »

Toutefois elle précise « Ce qui veut dire que ce chiffre est partiel parce que ne tenant pas en compte les femmes dans les administrations minières, des femmes entrepreneures ou encore des femmes qui ressentent au quotidien les impacts négatifs des activités extractives ».

 La gouvernance sénégalaise du pétrole, du gaz et des mines, longtemps considérée comme un secteur réservé exclusivement aux hommes. Aujourd’hui cette discrimination en défaveur des femmes est en passe de connaître des changements importants grâce à leurs engagements et leur organisation.

25 organisations en partenariat avec le Projet voix et leadership des femmes (VLF Sénégal) ont pris part à la mise en œuvre des activités de plaidoyer sur la thématique de la participation des femmes aux instances du secteur extractif. Un atelier qui consiste à mieux outiller les femmes dans les instances de décisions.

Yanda Sow

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments