Home ACTUALITÉ Sénégal-transition énergétique : Beaucoup d’opportunités pour le secteur privé

Sénégal-transition énergétique : Beaucoup d’opportunités pour le secteur privé

1
389

Le Conseil Patronal des Energies Renouvelables du Sénégal (COPERES), se dit conscient des défis liés à l’exploitation du pétrole et du gaz. Il dit s’engager, dans le cadre de la transition énergétique, aux côtés de l’Etat, pour la promotion des énergies renouvelablesLe ministère promet d’accompagner les entreprises privées.

Le Sénégal a un potentiel énorme en matière d’énergies renouvelables. Le COPERES considère qu’il est temps « que nous commencions à exploiter ce potentiel grâce à sa politique de transition énergétique », a déclaré Mamadou Saliou Sow Président du Conseil Patronal des Energies Renouvelables (COPERES).

Par ailleurs, il est à noter que le contexte actuel où le Sénégal sera bientôt situé dans la catégorie des pays producteurs de pétrole et de gaz, il est presque légitime de se demander si cela ne va pas annihiler tous les efforts et les prouesses qui sont réussis dans le pays.

Pour Mamadou Saliou Sow, « cette nouvelle donne est une bonne nouvelle pour le pays parce que nous avons besoin  de ces ressources pour assurer notre développement et cela ne devrait pas normalement être en défaveur des énergies renouvelables ».

Le patron du COPERES reconnaît qu’il y a beaucoup d’opportunités qui s’offrent au secteur privé des énergies renouvelables, avec l’exploitation prochaine des énergies fossiles.

La fin du monopole de SENELEC… l’autre opportunité

Le Sénégal s’achemine vers l’ouverture du marché des énergies, avec la fin du monopole de Senelec. « Les tiers pourront avoir accès au réseau pour le transport et la production, qui vont être décentralisée. La production d’électricité continuera d’avoir plusieurs sources notamment le solaire et les énergies renouvelables », déclare M. Sow, enthousiaste.

Autant d’opportunités que le secteur privé devrait pouvoir saisir. Mais cela nécessite plus d’organisation des acteurs et un renforcement tant sur le plan technique que financier. Ils doivent également procéder à des regroupements stratégiques pour pouvoir saisir ces opportunités.

Le ministère promet d’accompagner le secteur privé

Le Sénégal a, depuis longtemps, voté une loi qui permet à des privés de développer des projets sur les énergies renouvelables, en signant juste des protocoles, des conventions, avec le ministère du pétrole et des énergies (MPE). Il y a aussi la possibilité de signer des contrats d’achat d’énergie avec la Senelec.

Des conventions déjà signées ont abouti à la construction d’une dizaine de centrales qui continuent de tourner. Il s’agit de celles de Daga Kholpa, de Malicounda, de Sakal etc. C’est pourquoi, selon Issa Dione Directeur de cabinet du ministre du pétrole et des énergies, l’Etat ne compte pas faire moins.

 « Nous n’allons pas décélérer. Au contraire, ce rôle de leader que nous avons réussi à bâtir dans le domaine de la transition énergétique, nous allons le consolider » a promis Issa Dione.

Toutefois,  précise-t-il, nous allons utiliser notre gaz qui est certes une énergie fossile, mais beaucoup moins polluant que le fuel et les autres sources. « Ainsi, toute nos centrales seront transformées en centrales à gaz ou en centrales à énergie renouvelables comme le solaire, l’éolien entre autres sources ».

Le Directeur de cabinet du ministre du pétrole et des énergies promet que son département va ouvrir davantage le secteur, avec l’accès des tiers au réseau. Ce devrait permettre à n’importe quel investisseur d’ouvrir sa centrale à Dakar et de vendre à un client qui est à Ziguinchor.

Issa Dione précise qu’il faut bien organiser cela. « C’est pourquoi il est important de mettre en place une structure qui gère le transport d’énergie et qu’il ne soit pas la Senelec qui serait un concurrent des producteurs », a-t-il expliqué.

Yanda Sow

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here