jeudi, mars 14, 2024
spot_img
AccueilACTUALITÉAfrique-Ressources Naturelles : Comment la machinerie fonctionne pour maintenir le pillage et...

Afrique-Ressources Naturelles : Comment la machinerie fonctionne pour maintenir le pillage et la pauvreté (Par Dr Papa Demba Thiam)

 

AlainFoka se demande : Comment l’Afrique peut posséder autant de richesses et compter autant de populations pauvres ?

Son documentaire bien illustré, rend plus visible des “lieux communs”, mais n’indique pas les linéaments d’une approche constructive qui permettrait de mettre fin à cette incongruité, qui du reste, n’est incohérente qu’en apparence.

Je vais donc répondre à cette question de manière à nous permettre de sortir de ce piège.

Mon approche méthodologique

Il faut commencer par comprendre comment la machinerie est construite et fonctionne, pour bien identifier les ficelles sur lesquelles tirer et détricoter le tissu du pillage des ressources de l’Afrique.

Synthèse du modèle

1. Faire adhérer des états africains aux institutions de Bretton Woods qui ont été crées en 1944, avec pour objectif assumé, d’assurer à leurs actionnaires majoritaires, l’accès et le contrôle des ressources dont ils ont besoin, pour assurer leur développement;

2. Pour cela, il ne peut-être toléré d’industrialisation en Afrique, puisque cela mènerait à la transformation de ses ressources sur le continent même, ce qui priverait les entreprises des pays actionnaires majoritaires de ces institutions, d’une grande partie de ces mêmes ressources;

3. Pour y arriver, il faut maintenir le système de l’endettement public insoutenable des états africains, pour les mettre dans des situations où ils ont forcément besoin d’appuis budgétaires permanents, pour faire tourner leurs administrations, payer leurs fonctionnaires et aussi, leurs forces de défense et de sécurité, pour se maintenir au pouvoir;

4. De telles situations assujettissent des gouvernements africains au diktat de simples fonctionnaires des institutions multilatérales, qui leur donnent des conduites financières, budgétaires et fiscales qui les empêchent de faire des investissements pertinents et cohérents, en termes d’infrastructures qui offrent des opportunités de développement de chaînes de valeurs internes, en ouvrant par exemple, des perspectives de productions agricoles et minières pour alimenter des industries locales;

5. Pour inciter les politiciens africains à jouer le jeu, on leur vend un lunatique concept dit d’émergence, qui se traduit par des investissements publics visibles qui, en réalité, ne génèrent pas d’externalités industrielles, comme des opportunités d’investissement en aval pour les entreprises privées nationales, mais créent surtout des marchés pour les entreprises des pays industrialisés, dont les gouvernements prêtent de l’argent aux gouvernements africains pour qu’ils les financent;

6. Pour verrouiller le système, on organise la transhumance institutionnelle entre fonctionnaires nationaux et internationaux pour créer une uniformité de comportements entre clients et fournisseurs et;

7. Soit on aide à dévoyer des institutions républicaines en Afrique, soit on organise des coups d’état militaires tolérés, pour assurer le pouvoir aux politiciens qui vivent de ce système.

Dr Papa Demba Thiam Économiste international, entrepreneur et spécialiste en développement industriel

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments