dimanche, juin 16, 2024
spot_img
AccueilACTUALITÉSénégal-minéraux stratégiques : Financement, recherche, transformation, les piliers d’un potentiel avéré mais non...

Sénégal-minéraux stratégiques : Financement, recherche, transformation, les piliers d’un potentiel avéré mais non évalué

Il est avéré que le sous-sol sénégalais contient des minéraux stratégiques variés. Les ingénieurs sont unanimes là-dessus. Cependant, la problématique de leur évaluation se pose avec acuité, ainsi que les moyens pour la recherche et pour la mise en œuvre de la vision de la Société des Mines du Sénégal (SOMISEN).

Des indices de minéraux stratégiques existent au Sénégal. Le potentiel est avéré. Cependant, à ce jour, il n’y a pas de données précises sur leur quantité. Cette situation ne favorise pas l’exploitation de ces ressources devenues indispensables et porteuses de croissance économique.

La table ronde organisée par la Société des Mines du Sénégal, en  marge du Sommet International des Mines, a été l’occasion pour les techniciens et les investisseurs, de passer au crible les minéraux stratégiques. Il ressort de ce diagnostic que beaucoup de pioches sont encore nécessaires pour profiter pleinement de nos ressources.

La problématique des moyens financiers

Le Directeur Général de SOMISEN assure que sa société regorge d’un potentiel humain capable de relever les défis techniques. « C’est à l’image de ce que nous avons dans ce pays depuis que BRGM est parti. La relève a été assurée par le Pr Abdoulaye Dia et compagnie, qui ont formé toutes les générations de géologues qui sont à l’origine de toutes les importantes découvertes notées dans ce pays, notamment David Mbaye, Abdou Aziz Sy, Youga Sow et tant d’autres », se félicite Dr Ousmane Cissé.

Pour l’ancien Directeur des Mines, le vrai défi est lié à la disponibilité des moyens financiers pour développer la recherche, la production et la transformation de nos ressources. Pour le Pr Abdoulaye Dia, « il faut forger des actions aptes à évaluer ce qui est connu. La SOMISEN et le secteur privé national ont un rôle à y jouer. Attendre de l’Etat qu’il prenne des risques pour financer la recherche, c’est ignorer son rôle », a dit l’ancien Directeur des Mines.

Le privé sénégalais appelé à investir sur la recherche et l’exploitation

Dr Ousmane Cissé s’est dit conscient de la complexité de la mission. « Nous avons un plan de vol. Nous avons identifié les zones de turbulences et nous savons comment les contourner pour bien atterrir. Mais il nous faut des moyens. Il faut appuyer la société pour qu’elle puisse jouer pleinement son rôle », plaide t-il. 

Pour le Pr Abdoulaye Dia, il faut plutôt une stratégie d’information du secteur privé pour qu’il sache qu’il y a beaucoup d’opportunités d’affaires. « Actuellement, il est possible d’obtenir une unité semi industrielle pour démarrer l’exploitation de ces ressources. Il s’agit d’activités qui n’ont pas besoin de beaucoup de financements », explique l’ancien Directeur de l’Ex IST. 


Les discussions, autour de cette table ronde sur le thème : « l’exploitation des ressources minérales et de transition énergétique en Afrique de l’Ouest : potentiel géologique et diversification de la recherche », ont permis de mesurer l’impact de la recherche, la faiblesse des moyens financiers et l’importance de la transformation des matières premières minérales.

Abdou Diouf Junior

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments